© 2019 Créé par RADAR.Psy

02/ Énoncés représentatifs des approches relationnelles en psychothérapie

Deuxième phase de validation

André Lapointe, Louise Caouette, Line Girard, Sébastien Trinh, Liette Goyer, Charles Pennober et Tommy Collin-Vallée

Contexte de la démarche

Pour remplir sa mission de promotion et de défense des approches relationnelles en psychothérapie, RADAR.Psy doit pouvoir s'appuyer sur deux familles de "savoirs" complémentaires. D'une part les données scientifiques et l'analyse critique de leur portée réelle en psychothérapie et, d'autre part, certains principes façonnés au fil d’une longue campagne entreprise dans le but d’accompagner des humains dans la complexité et la singularité de leur vie.

L’objectif de notre projet est de formuler clairement des principes partagés par les thérapeutes qui se réclament d’une approche relationnelle. Cette base commune pourra servir à analyser les menaces à la diversité des approches qu’elles soient globales, comme des projets gouvernementaux, des règles de gestion des services de santé ou des indemnisations des compagnies d’assurances ou qu’elles touchent les thérapeutes de façon plus individuelle.  Ces principes permettront ensuite d’appuyer les réponses à ces menaces, tant sur le plan collectif que personnel.

Le discours fondé sur ces principes reconnus par les thérapeutes relationnels ne prétend pas remplacer ou éclipser les arguments basés sur l’analyse des données probantes. Cependant, force est de constater que la méthode expérimentale n’a pas couvert l’ensemble de la réalité de la psychothérapie.  Le projet de faire entendre la voix des thérapeutes d'approche relationnelle est ambitieux, car l'histoire nous a plutôt habitués aux efforts déployés par chaque approche pour mettre en évidence leurs spécificités plutôt que le patrimoine commun. Celui qui veut parler au nom de cette "famille reconstituée", que sont les thérapeutes d'approches relationnelles, a intérêt à valider l’endossement de son propos sous peine de se retrouver bien seul au front.

Ces énoncés ne prétendent pas « définir » les approches relationnelles, ni rendre compte de l’apport propre de chacune des approches qui s'y rallient. À défaut de faire état de la diversité, ils aspirent plutôt en être une sorte de « dénominateur commun ».  Ils devraient nous aider à mieux comprendre ce qui nous rassemble et nous aider à réagir avec célérité à ce qui, dans l’actualité, porte préjudice aux approches relationnelles. Ces énoncés devraient demeurer « en mouvement » pour permettre d’en développer pleinement la portée et de représenter plus complètement les approches relationnelles en psychothérapie.

Méthode

Le comité de protection de la diversité de RADAR.Psy a formulé 17 énoncés en s’inspirant des travaux de Mahrer (1989) pour baliser le territoire de la psychothérapie. Les énoncés originaux se regroupaient donc autour des thèmes suivants proposés par Mahrer (1989) :

  1. Les fondements

  2. Le développement normal et pathologique

  3. Le matériel à recueillir (ou ce qui habite l’espace thérapeutique)

  4. La réflexion diagnostique

  5. Le processus thérapeutique

Nous avons élaboré la formulation initiale des énoncés à partir de trois approches représentées chez les membres de RADAR.Psy, approches dont les membres du comité avaient une connaissance approfondie, soit la psychothérapie gestaltiste des relations d’objet, la psychothérapie eidétique et la perspective intersubjective[1].

Ces 17 énoncés ont par la suite été soumis aux commentaires de 7 formateurs reconnus dans autant d’approches reliées aux approches relationnelles soit : Monique Brillon, Pierre Cousineau, André Duchesne, Jean-Luc Lacroix, René Pelletier, Annette Richard et Jorge Vasco.  Nous tenons à les remercier du temps qu’ils ont accordé à notre questionnaire et des commentaires précieux qu’ils ont partagés avec nous.

Le but de cette étape était de déterminer à quel point les représentants d’approches diverses pouvaient souscrire à chacun des énoncés. Les énoncés auxquels adhèreraient les représentants de ces 7 approches seraient alors considérés comme représentatifs des approches relationnelles. Les répondants pouvaient aussi suggérer des ajustements à apporter à chacun des énoncés afin de les rendre plus acceptables en regard de leur approche respective.

Le taux moyen d’adhésion aux énoncés lors de cette première ronde fut de 85%,  le niveau d’adhésion aux énoncés spécifiques variant de 57% à 100%.  Le comité sur la diversité a analysé les résultats du sondage et considéré chacune des propositions faites pour ajuster les énoncés qui ne recueillaient pas l’adhésion de tous. Le défi consistait à tenir compte des nombreuses suggestions formulées pour qu’une approche soit mieux représentée tout en conservant l’adhésion la plus large possible.

Une liste modifiée des énoncés a ainsi été soumise récemment à 15 psychothérapeutes d’approches variées. Nous tenons à remercier Tommy Collin-Vallée, Janine Corbeil, Gilles Delisle, Danielle Desjardins, Jean-Louis  Drolet, Alain Dubois, Ludovique Dubourg, Liette Goyer, René-Pierre Le Scouarnec, Jean Leahy, Charles Pennober, Jimmy Ratté, Réginald  Savard, Chantalle Tremblay et Sébastien Trinh pour leur précieuse contribution.

Le taux moyen d’adhésion aux énoncés remaniés fut de 91%, les moyennes par item s’échelonnant de 70% à 100%.  Le comité sur la diversité a de nouveau analysé les commentaires reçus et apporté des ajustements en conséquence.

 

[1] Voir les textes représentatifs dans la liste des références

Énoncés remaniés le 3 mai 2019

 

1. Les psychothérapies relationnelles accordent une prépondérance à l'expérience de la personne.

2. L’être humain est considéré comme un organisme interdépendant en relation avec son environnement.

3. L'être humain organise son expérience suivant différents niveaux de conscience.

4 La qualité du développement et des expériences d'une personne détermine l'évolution de son bien-être. Ce contexte relationnel est un facteur important dans le développement des troubles mentaux.

5. En psychothérapie relationnelle, le thérapeute accueille l'expérience du client dans sa complexité singulière.

6. Le psychothérapeute contribue, de façon unique et personnelle, à l'expérience thérapeutique.

7. Le thérapeute s’intéresse aux représentations qui découlent de l'expérience du client, qui éclairent et contribuent à façonner sa perception, son ressenti, sa compréhension de soi et du monde et ses comportements.

8. Par-delà la relation et l'alliance thérapeutique, l'expérience relationnelle entre un thérapeute et son client est au cœur du processus thérapeutique.

9. Les personnes peuvent bénéficier de psychothérapie pour des motifs qui ne se réduisent pas aux troubles mentaux.

 

10. La réflexion diagnostique n'est pas que catégorielle. Elle inclut les aspects dimensionnels et dynamiques.

 

11. La réflexion diagnostique évolue de manière continue au cours de la thérapie.

 

12. Les approches relationnelles permettent de tenir compte de souffrances se rattachant entre autres à des thèmes existentiels.

 

13. La souffrance et la symptomatologie du client sont considérées tant dans l’organisation de son monde interne psychique que dans leur expression en relation avec le monde externe

 

14. Les approches relationnelles visent à aider le client à reprendre contact avec son expérience, à mieux la saisir, à développer une meilleure cohésion personnelle et une adaptation créatrice.

 

15. La réduction de la symptomatologie et de la souffrance subjective ainsi qu’une meilleure adaptation reposent sur la relation thérapeutique

 

16. La rencontre thérapeutique soutient le changement en permettant au client de vivre et de compléter une expérience d'une manière nouvelle, d'en développer le sens et de l'intégrer dans sa vie.

 

17. La rencontre thérapeutique permet à l'expérience de se déployer dans toutes ses dimensions (somatique, affective, réflexive, comportementale et relationnelle), de rendre compte de la complexité passée et présente afin de lui donner un sens et d'ouvrir de nouvelles possibilités expérientielles.

La suite

Une fois établis ces énoncés auxquels se rallient des psychothérapeutes associés à une diversité d’approches relationnelles, la prochaine étape consisterait à les soumettre «à l’épreuve du feu».  Ces énoncés ont été pensés pour soutenir RADAR.Psy dans sa tâche de défense de la diversité des approches en psychothérapie. Nous devons donc explorer maintenant leur utilisation dans cette perspective.

Le comité se propose de choisir une menace significative aux approches relationnelles en psychothérapie et d’utiliser, entre autres, les énoncés partagés pour développer une argumentation au nom de RADAR.Psy.  Ce travail se fera dans une double perspective. En premier lieu, nous tenterons d’élaborer une argumentation solide qui reflète bien ce que portent les thérapies relationnelles comme valeurs et comme processus, en utilisant ces énoncés ainsi que les données probantes et leur critique.  Dans le même temps, nous allons porter une attention particulière à la manière dont nous utiliserons ces énoncés.  En effet, la confrontation de cette pensée émergente sur les approches relationnelles avec les réalités qui les menacent ne peut qu’approfondir et faire évoluer notre réflexion et nos arguments.

 

Nous espérons que la publication de ces énoncés dans le Manuel à l'usage du psychothérapeute relationnel contribue à soutenir le lecteur dans la défense et la promotion de la psychothérapie relationnelle et, qu’en retour, ceux qui s’en inspirent pourront alimenter la réflexion et l’argumentaire collectifs.     

Références

Caouette, L. (2013). Self-emergence in eidetic psychotherapy: A bridge to the existential-humanistic perspective. Open peer commentary target article. Journal of Mental Imagery, 37 (1&2), 1-56. 

Girard, L., Delisle, G. (2017)  Les troubles de la personnalité : traiter le lien par le lien. Ordre des psychologues du Québec, Exclusivité WEB.

Lecomte, C. et Richard, A. (2006). Pour une psychothérapie pleinement relationnelle. In : Ginger, S., Marc, E. et Tarpinian, A, Être psychothérapeute : Questions, pratiques, enjeux. Paris : Dunod, 145-156.

 

Mahrer, A. R. (1989). The integration of psychotherapies: A guide for practicing therapists. Human Sciences Press.